La souveraineté alimentaire


Relocaliser la production alimentaire sous-entend la création d’une filière locale dénommée «de la graine à l’assiette» basée sur la promotion des produits du cru.

Éviter que les aliments ne parcourent des milliers de kilomètre permet d’économiser de l’énergie et garantit la qualité des denrées consommées. L’agriculture sans pesticides devient un enjeu majeur de santé publique. La commune encourage les différents secteurs de la filière afin de répondre aux besoins de ses habitants.

Le maraîchage et l’arboriculture bio aux Jardins du Trèfle Rouge, au Champs du Pâtre et au Seffler, la culture bio des céréales anciennes panifiables à la ferme de Christophe et Lili Moyses, l’élevage naturel de bovins (veaux) et porcs ainsi que leur transformation à la ferme Burahisla, constituent des atouts déterminants de l’engagement villageois.