Parc résilient et champêtre planté par les habitant pour les habitants

L’emballement climatique et l’activité humaine ont entraîné, ces dernières décennies, une perte de biodiversité importante. De plus, artificialisation et densification du cœur urbain a favorisé des îlots de chaleur et des problèmes liés à la gestion des eaux pluviales. Le rapport de l’Homme à la nature a aussi été lourdement impacté.

Sensible à la préservation de notre environnement, la commune d’Ungersheim prend conscience de l’importance d’agir à toutes les échelles suite au sommet de la terre en 1992. Depuis, elle s’est fortement engagée pour la transition écologique de son territoire, la démocratie participative, l’engagement citoyen étant au cœur du mouvement engagé !

Quand le conseil municipal se penche sur la gestion d’un terrain en friche au cœur du village, il garde leurs convictions et décide de le laisser aux habitants tout en les initiant à la nature, le projet d’un parc résilient et champêtre y trouve alors sa place !

Les enjeux 

-        Gérer les eaux pluviales

-        Préserver les espaces de nature en ville

-        Eviter les îlots de chaleur

-        Favoriser les échanges multigénérationnels et le lien social

-        Reconnecter les citoyens à la nature et leur faire découvrir l’atlas communal de leur village

-        Favoriser la biodiversité en déclin et préserver certaines espèces (variété fruitière ancienne…)

-        Impliquer les citoyens dans la démarche de transition écologique du village et compter sur l’énergie citoyenne pour la réalisation de d’aménagement public à faible impact carbone

Calendrier 

Début des travaux début 2018

Plantation en octobre et novembre 2018

Fin des travaux en juillet 2019

 

Montant total du projet 

35 000 

 



Les objectifs

Le parc champêtre et résilient est un jardin de pluie de 50 ares. C’est un espace d’expression créative de détente multigénérationnelle en forme de trèfle, emblème d’Ungersheim. Chaque foliole de ce trèfle développe un thème, la détente, la gourmandise, les jeux et la découverte pour les enfants. Conçu et planté en chantier participatif par les habitants pour les habitants, c’est un espace où cohabitent l’Homme et la nature et dont les objectifs sont multiples :

- Garantir la gestion intégrée des eaux pluviales du secteur et garder un îlot de fraîcheur pour les habitants alentours et les utilisateurs de l’espace

- Réaliser un aménagement public à faible impact carbone en mobilisant l’énergie citoyenne.

- Garder un espace de nature dans le tissu urbain : situé sur le secteur du complexe socio-éducatif sportif et culturel du village, le terrain est constructible mais le conseil municipal a souhaité préserver cet espace et ne pas l’artificialiser.

- Favoriser le retour d’une biodiversité au cœur du village en aménageant des milieux et des habitats différents favorables à certaines espèces

- Préserver certaines espèces fruitières anciennes et les haies fruitières

- Créer un espace ludo-éducatif d’aventure et de jeux permettant d’initier les habitants à la nature et garder le lien avec elle par :

o un apprentissage et l’animation l’atlas de la biodiversité communal

o montrer l’importance du végétal en milieu urbain pour la préservation de la qualité de l’eau et de l’air.



La description du projet

 

Situé entre la salle de sport du village et le tissu urbain, s’intercale une parcelle de 5 000m² constructible que les élus souhaitent réserver pour l’aménagement d’une zone d’initiation à la nature.

 

La commune a donc sous l’impulsion de son conseil participatif créé sur cette friche un parc champêtre et résilient. Champêtre, car il se veut très naturel, comme si les habitants retrouvaient au centre du village un bout bocage ! Résilient, car la conception du parc et les choix des végétaux ont été réfléchis pour absorber les chocs du passage humain et les conditions climatiques du futur (proche).

 

La commune d’Ungersheim s’est alors rapprochée de l’Association Haies Vives d’Alsace pour la conception et réalisation  du parc. Plusieurs critères ont alors été émis : un espace de détente intergénérationnel, des bancs pour goûter, des arbres avec des essences différentes avec panneaux pédagogique, des haies vives à la place des clôtures…

 

 

Le projet s’articule donc sur ces demandes. La forme du parc est inspirée de l’emblème du village, le trèfle dont la dénomination est récurrente dans la commune : « Jardin du Trèfle Rouge », « Espace le Trèfle », … . 

Le trèfle contient 3 folioles qui ont été déclinées en 3 thèmes :

-        Une foliole pour les gourmands avec une tonnelle de vigne et des arbres fruitiers ;

-        Une foliole pour une aire ludique pour les plus petits ;

-        Une foliole pour la détente offrant un espace plus aéré où jouer ou s’allonger dans l’herbe.

Les aménagements autour du trèfle n’ont pas été laissés au hasard :

 

-        Au nord, une allée de charme a été plantée, les arbres lorsqu’ils auront grandi seront reliés les uns aux autres pour faire une tonnelle ;

-        A l’ouest, un dédale végétal empêchera l’accès au trèfle aux engins motorisés et amusera les enfants ;

-        Au centre, une gloriette en bois pourra accueillir des spectacles, une fanfare, …

 

-      A l’est, l’espace volontairement laissé en friche sera un refuge de biodiversité, avec en son sein une mare, dont les abords seront protégés avec des barrières en saule tressé.


Description des dispositifs

 

Le dédale :

 Situé le long de la rue Georges Brassens, entre la rue et le trèfle, il pourrait en « protéger » l’accès en le rendant inaccessible aux voitures. La conception est simple pour ne pas compliquer l’accès aux piétons et aux poussettes. La végétation, constituée de haies arbustives, a été sélectionné pour rester basse, ne pas cacher la vue et être facile d’entretien.

486 plants ont été nécessaires pour créer cet aménagement !

 

Pourtour du trèfle :

 Le trèfle est matérialisé par deux rangées de haies basses parallèles. Il a fallu 770 plants pour le matérialiser.

 

Foliole « bambins » :

L’amphithéâtre : Réalisé par un jeu de déblai-remblai. L’objectif est de matérialiser un espace scénique où les enfants auront plaisir à donner des spectacles. Cela représente l’export de 30 m 3 de terre.

La spirale : la terre extraire pour la création de l’amphithéâtre a été déposé juste à côté pour en faire une bute. Une spirale bordée d’arbustes à petits fruits a été plantée offrant ainsi aux enfants des fruits de saison facile à cueillir. Une centaine de plants ont été nécessaire.

Le tunnel en igloo de saule tressé : Cette construction est semi-vivante. Les brins de saules ont été plantés dans le sol et comme cette espèce végétale se bouture très bien ils vont continuer à croître et faire des feuilles à la belle saison. Les enfants peuvent alors s’y cacher.

 

 

Foliole « Jardin des Délices »

 Cette foliole une fois les arbres développés accueillera tant les gourmands que les romantiques. Deux structures en fer-à-cheval appuieront la forme du trèfle ;

-        Une tonnelle de vigne, grimpant le long d’une structure ;

-        Une double allée d’arbres fruitiers de basse tige, conduits en pillar.

Au niveau de cette foliole, la haie intérieure du trèfle sera agrémentée d’arbres fruitiers de haute tige.

Au total 11 arbres fruitiers haute tige ont été planté, mais également 35 pieds de vignes et 47 arbres pillar.

 

La foliole « détente »

 

 Cet espace a été volontairement maintenu relativement ouvert, pour offrir une aire de jeu (ballons, raquettes, …) aux enfants plus âgés. 3 arbres haute-tige ont été plantés pour offrir de l’ombre.


Les chantiers participatifs 

Planté par les habitants pour les habitants, le parc a été planté en chantier participatif. De nombreuses techniques traditionnelles autour du végétale ont été mise en œuvre afin de réaliser ce parc ou cohabite l’homme et la nature.

 

La volonté de la commune d’impliquer ses citoyens dans les projets du village est au cœur de sa démarche. Les valeurs de fraternités, de solidarité et de lien social sont primordiales pour la commune. C’est pourquoi elle a fait appel à ses citoyens pour planter ce parc qui leur est dédié. 5 jours de chantier ont été organisés et environs 30 personnes se sont mobilisées.