La Transition


 

L’ÉMERGENCE ET LES PRINCIPES

DE LA DÉMARCHE DE TRANSITION

 

La transition signifie littéralement le passage d’un état à un autre, ce qui correspond dans les initiatives de transition menées par Rob Hopkins le passage à un système plus résilient pouvant être capable de faire face aux risques liés aux enjeux écologiques et économiques (pic pétrolier, changement climatique, crises économiques) (Charbonneau, 2011).

 

Des « initiatives de transition » sont alors mises en place en réponse à ces enjeux et conduites collectivement par des groupes de citoyens dont les actions sont appliquées localement dans des villes, villages, arrondissements, hameaux… Ces initiatives sont également définies comme une « adhésion positive et sans réserve à la descente énergétique, pas seulement en tant que réalité inévitable, mais aussi souhaitable » (Holmgren, 2002). Le besoin de diminuer sa consommation énergétique est donc au cœur de ce mouvement dont les initiatives sont appliquées différemment pour chaque endroit.

 

Rob Hopkins, professeur en permaculture, et ses élèves ont publié un rapport en 2005 (« Kinsale 2021, An energydescent action plan – Version 1. 2005, students of KinsaleFurther Education College, edited by Rob Hopkins) correspondant à un Plan d’Action pour une Descente Energétique (PADE) année par année, pour la ville de Kinsale en Irlande. Ce PADE a permis de créer une communauté, Transition TownKinsale (TTK), regroupant des volontaires pour appliquer les initiatives de transition. Ce projet était assez innovateur et fut un des premiers en son genre dans le monde, c’est pourquoi il suscita de nombreuses réactions positives et a formé une sorte de modèle de PADE pour d’autres villes comme par exemple Totnes (Angleterre).

 

 

 

LA DÉMARCHE DE LA TRANSITION

APPLIQUÉE À UNGERSHEIM

 

 

L’évolution vers la démarche de transition

La commune d’Ungersheim s’est inscrite dans une démarche de « ville en transition » progressivement et sans réellement le savoir au départ. En effet, les premières actions se sont mises en place individuellement au fil des années : panneaux solaires sur le toit de la piscine municipale (1999), plan « zéro phyto » dans les lieux publics (2006), chaufferie bois avec réseau de chaleur alimentant sept bâtiments publics (2007), achat d’un cheval cantonnier pour l’arrosage public et le transport des enfants à l’école (2008).

 

Mais c’est quand le conseil municipal accueille l’Assemblée des Citoyens du Monde et le Conseil des Territoires Citoyens du Monde en 2011 dans leurs locaux sur le thème de : « Mondialisons nos villes, nos villages, nos associations et nos structures citoyennes, pourquoi ? Comment ? » (Lamperti, 2011), rencontre durant laquelle ils regardent le documentaire « In Transition 1.0 » réalisé par Emma Goude, que les discussions commencèrent sur le sujet de la transition avec l’idée suivante « nous faisons déjà cela, devenons une ville en transition » (Hopkins, 2015).

 

L’implantation des initiatives de transition au sein d’Ungersheim

Au cours de l’année 2011, une feuille de route a été élaborée ayant pour but de « préparer les citoyens à la raréfaction des ressources fossiles mais également à s’adapter par anticipation aux dérèglements climatiques en créant des modes de vie plus reliés et enrichissants, en cultivant les valeurs de la fraternité » (Mairie Ungersheim, 2015). Elle contient « 21 actions pour le 21e siècle »  qui s'appuie sur 3 piliers:  l'autonomie intellectuelle, l'indépendance énergétique et la souveraineté alimentaire.